Vous êtes ici: >
 
     
  Conception
  Gouvernance locale
  Organisation paysanne
  Santé communautaire
  Alphabétisation des adultes
  Communication rurale
  Aménagement des périmètres irrigués
  Stratégie d'appui au developpement agricole
  Développement de l'agriculture
  Développement de l'élevage
  Gestion des ressources naturelles
  Sécurisation foncière
  Micro finances
  Infrastructures sociales
  Aménagement des routes et pistes rurales
  Désengagment et pérenisation des acquis
  Résultats et impacts
  Mise en oeuvre, suivi et évaluation et clôture
 
Liste des contacts et coordonnées
Photos et affiches
Cartes
Sigles et abréviations
Gestion contractualisee des forets

1. Objectif

Contribuer à la conservation, à la valorisation et à la gestion durable des ressources forestières naturelles dans la zone du HBM à travers la gestion communautaire.

2. Activités menées

Cette activité a été réalisée en partenariat avec la Circonscription de l’Environnement, des Eaux et Forêts de la région Anosy et WWF Programme Ala Maiky.

Le processus de transfert de gestion des forêts naturelles omprend les étapes suivantes : l’information sensibilisation, la mise en place de la structure (Communauté de base et Comité de Gestion), la délimitation du terroir, le zonage du terroir, l’inventaire des ressources forestières, l’élaboration du plan d’aménagement simplifié, l’élaboration du Dina, la formation du Comité de gestion, l’élaboration du cahier de charge et le transfert de gestion.

Dans ce processus, le projet a appuyé les activités organisationnelles et une partie des activités techniques. Ils s’agissent de l’information et sensibilisation, la mise en place de la structure de gestion et la délimitation du terroir.

3. Résultats obtenus

Jusqu’à maintenant, le projet a pu mis en place 07 communautés de bases concernant 5 massifs forestiers dans les communes de Tranomaro, Mahaly, Ebelo, Imanombo et Marotsiraka, mais les priorités retenues portent sur les massifs de forêts de la Commune de Tranomaro : la forêt de Beteny et de Tsilmaha 1 et un autre massif dans la commune d’Ebelo.

La superficie totale de ces 3 forêts et d’environ 16.000 Ha dont 3 communautés de base sont déjà mises en place.

Les étapes suivantes ont été effectuées pour ces 3 forêts :

  • l’information et sensibilisation

  • la mise en place de la structure de gestion (COBA/COGE)

  • la délimitation du terroir

  • le zonage du terroir

  • l’inventaire des ressources forestières

4. Difficultés majeures

- Le partenariat avec la CIRENVEF : manque de coordination des activités des partenaires
- Le partenariat avec le WWF : manque de rigueur dans le respect des engagements
Ce qui fait que le processus n’a pas encore abouti au transfert proprement dit.

5. Impacts

La structure de gestion mise en place n’est pas fonctionnelle.

6. Enseignements tirés

  • Analyser les forces et les faiblesses d’un partenaire avant de signer une convention de collaboration avec.

  • Même si le travail en partenariat a été toujours sollicité dans la réalisation d’une activité, mieux vaut les faire en régie quand on n’a pas de partenaire sûr.

7. Perspectives de pérennité

  • La pérennisation de la gestion communautaire des forêts naturelles est en fonction des appuis et suivis apportés par l’Administration forestière qui est chargé de les faire après le transfert. Ce qui demande de la motivation et de la disponibilité en moyens, notamment des moyens de locomotion, de ces agents.

  • Cette pérennisation dépend également de la bonne organisation et de la bonne gestion de la part de la structure de gestion.

GESTION DES PARCOURS : CONTROLE DES FEUX

1. Objectif

Améliorer la gestion et la maîtrise des feux dans la zone du Haut Bassin de Mandrare

2. Activités menées

  • Appui aux ateliers intercommunaux aboutissant à l’élaboration du Dinan’afo Ambonin’i Mandrare : appui logistique et technique dans la diffusion du guide d’élaboration du Dina

  • Mise en place et renforcement des capacités des comités locaux pour la mise en vigueur du Dina : formation des comités locales sur leurs rôles et responsabilités ainsi que leurs droits dans l’application du Dinan’afo

  • La commission du Dinan’afo Ambonin’i Mandrare se structure comme suit :

    • Au niveau du District : un comité permanent de suivi évaluation des feux présidé par le Chef District d’Amboasary-Sud, 1 représentant de la Circonscription des Eaux et Forêts, 1 représentant de la Circonscription de l’Elevage, 1 représentant de la Circonscription d’Agriculture, 1 représentant de la Gendarmerie à Amboasary Sud, le Chef de Triage des Eaux et Forêts de Tsivory, 1 représentant des autorités communales dans le HBM (Maire de Tsivory) et 1 représentant du Projet Mandrare

    • Au niveau Commune : un comité de gestion des feux regroupant le Maire, le Président du Conseil Communal, le Président du CCD, le Délégué d’Arrondissement, le Commandant de Brigade de la Gendarmerie, 1 représentant des Services techniques

    • Au niveau Fokontany : un comité de surveillance des feux où il n’y a que 2 membres : le Chef Fokontany et 1 chef de quartier.

    • Au niveau des villages : 3 polices de feux par village dont le chef de quartier en fait partie

    Appui au suivi évaluation de la situation des feux par commune après la campagne de feu fixé de 1er juillet de l’année en cours jusqu’à fin avril de l’année prochaine. Cette évaluation est à la charge du comité permanent de suivi évaluation des feux au niveau du District d’Amboasary Atsimo

  • Appui à la demande d’homologation du Dinan’afo Ambonin’i Mandrare (en cours)

  • Promotion et diffusion de culture d’arbustes fourragers

3. Résultats obtenus en terme d’évolution

  • Une partie de la commission du Dina opérationnelle et responsable.

  • Une nette diminution des surfaces brûlées depuis l’instauration du Dinan’afo.

4. Difficultés majeures

Sur le plan technique :

  • le manque de dispositifs de suivi des superficies brûlées

  • le manque de données de référence sur les surfaces brûlées dans le Haut Bassin de Mandrare qui rend le suivi difficile.

Sur le plan organisationnelle :

  • Existence de bienséance sociale qui rend les polices de feu vulnérables et n’ayant pas le courage d’appliquer le Dina (cas des familles riches ayant plusieurs tête de zébu)

  • Manque de communication entre les différents niveaux de la structure d’application du Dina

  • Manque de moyens des agents de l’Administration forestière.

  • Etant formés pour être des auxiliaires des agents de l’Administration forestière, les visites des agents de l’Administration forestière sont sollicitées par les polices de feu afin de les renforcer mais dépourvu de moyens, ils ne peuvent pas satisfaire les polices de feu.

  • L’analphabétisme des membres du comité de feu est un facteur limitant dans la gestion des feux car ceux-ci ne peuvent pas dresser un PV des feux existés.

  • La répartition actuelle des recettes de Dina ou « vonodina » est comme suit: 20% attribuée aux polices des feux, 50% au comité de surveillance des feux et 30% aux comité de gestion des feux. Ce qui semble non proportionnel aux responsabilités d’après les polices de feu et entraînant leur démotivation

  • Mauvaise gestion et manque de transparence dans la gestion des recettes au niveau communal

5. Impacts

o Renforcement des capacités institutionnelles : émergence des initiatives institutionnelles en matière de gestion des feux et lutte contre les feux de brousse (cas de la Commune de Tsivory)
o Renforcement de la capacité technique et organisationnelle des membres de la commission du Dina

6. Enseignements tirés

  • La répartition des « vonodina » ou les recettes doit être proportionnelle afin de motiver les polices des feux.

  • Les autorités locales devraient désigner des polices des feux sachant lire et écrire

  • Encourager l’alphabétisation des adultes

  • Cibler particulièrement les éleveurs dès le début des actions de sensibilisation et leur inciter à planter des fourrages

  • Exiger la culture des plantes fourragères à tous les groupements bénéficiaires de MP caprin ou engraissement bovin dès le début

7. Perspectives de pérennité

La pérennisation de cette activité repose sur :

  • la forte implication des autorités locales : animation et sensibilisation des comités au niveau Fokontany et village, budgétisation des activités de gestion et de maîtrise des feux dans le planning budgétaire communal, récompense des Fokontany ayant fait des efforts significatifs dans la maîtrise et gestion des feux.

  • L’appui technique de l’Administration forestière et l’application du Décret Ministériel N°2002-793 définissant les mesures incitatives à la prévention et à l’éradication des feux de brousse

  • Renversement progressif de l’élevage extensif à l’élevage vers un élevage semi extensif

  • Développement de la commercialisation des bovins et caprins


© 2007. PHBM II accueil l Contact l rechercher l