Vous êtes ici: >
 
     
  Conception
  Gouvernance locale
  Organisation paysanne
  Santé communautaire
  Alphabétisation des adultes
  Communication rurale
  Aménagement des périmètres irrigués
  Stratégie d'appui au developpement agricole
  Développement de l'agriculture
  Développement de l'élevage
  Gestion des ressources naturelles
  Sécurisation foncière
  Micro finances
  Infrastructures sociales
  Aménagement des routes et pistes rurales
  Désengagment et pérenisation des acquis
  Résultats et impacts
  Mise en oeuvre, suivi et évaluation et clôture
 
Liste des contacts et coordonnées
Photos et affiches
Cartes
Sigles et abréviations
Les services d’épargne du réseau fivoy

Les produits d’épargne sont le dépôt à vue, le dépôt à terme, le plan d’épargne projet et le placement à rente mensuelle.

Le dépôt à vue (DAV) : « Argent en sécurité »

Cette formule permet aux membres de garder en sécurité une réserve d’argent tout en ayant la possibilité d’en disposer à tout moment. Le montant déposé est libre et le déposant choisit le moment de ses retraits (avec un préavis de 8 jours à partir de MGA 40.000 dans les caisses Fivoy pour assurer la sécurité et la liquidité de la caisse). En principe, le dépôt à vue n’est pas rémunéré. Toutefois, un intérêt peut être envisagé sur la base du plus bas montant d’une période donnée (le trimestre ou l’année) pour inciter à la stabilité des dépôts.

Le dépôt à terme (DAT) : « Placement attractif pour patrimoine petit ou grand »

Ce dépôt rémunéré intéresse tous les types de patrimoine : du paysan à l’entrepreneur en passant par le salarié, le commerçant, les organisations paysannes. Il permet de faire fructifier une réserve de trésorerie sur une période convenue (au minimum 3 mois). Le taux de rémunération est lié à la durée du dépôt et peut être négocié pour les montants élevés (à titre indicatif 6 à 16,5% versés à l’échéance). Il n’y a pas de retrait anticipé mais une possibilité d’accès au crédit.

Le plan d’épargne projet (PEP) : « Coup de pouce à l’investissement »

Grâce à une épargne constituée au fil des mois pendant 1 à 3 ans, cette formule permet de réaliser un investissement important, car en plus du capital constitué pour autofinancer en partie un projet à moyen terme, elle facilite l’accès à un crédit. Le dépôt est bien rémunéré (9% l’an). Pour favoriser l’équipement des agriculteurs, il permet de bénéficier d’une remise sur le taux d’intérêt d’un crédit Location vente mutualiste (LVM) pour le matériel agricole (réduction de 6% : de 30 à 24% l’an).
Cependant, pour conserver la maîtrise du risque, suite à un plan d’épargne projet, l’instruction et l’analyse sont menées avec la même rigueur qu’en l’absence de ce type d’épargne, sans aucune automaticité dans l’acceptation du crédit. En outre, il s’agit uniquement de financements à moyen terme d’équipements en Crédit Bail ou de constructions avec des garanties solides et formalisées.

Le placement à rente mensuelle (PRM) :

C’est un engagement de 3 à 18 mois qui peut intéresser des grands déposants. Il permet non seulement de gagner des revenus supplémentaires avec possibilité de percevoir mensuellement des intérêts mais aussi d’accéder au financement des activités professionnelles. Le taux est attractif surtout pour les grands patrimoines (6 à 16,5% par an).

LES TYPES DE PRÊTS OFFERTS AUX MEMBRES

Crédit scolaire et de consommation (CSC)

Il permet de supporter des charges d’investissement sociaux : frais scolaires, dépenses à l’occasion des fêtes traditionnelles, etc. Il est limité à 60.000 MGA et à une durée de 4 mois, avec des remboursements périodiques (hebdomadaires ou bimensuels).

Crédit dépannage et d’urgence (CDU)

Ce type de prêt permet de faire face à des besoins urgents : frais médicaux et autres dépenses sanitaires, trésorerie urgente. Il est limité à 60.000 MGA et à une durée de 4 mois, avec des remboursements périodiques (hebdomadaires ou bimensuels).

Crédit productif agricole (CPA)

Ce crédit permet aux paysans de financer une partie des dépenses liées à la production végétale ou animale (main d’œuvre salariée, semences, engrais, pesticides, outillage, provende). Sa durée est fixée en fonction du cycle de production (maximum 9 mois pour les cultures) avec des remboursements adaptés au calendrier des récoltes et au cycle des élevages.

Crédit de stockage (GCV)

En période de récolte, au lieu de vendre leurs produits aux cours les plus bas, les paysans peuvent obtenir une avance de fonds pouvant atteindre 75% de la valeur de leurs produits. Ces derniers sont stockés dans le GCV jusqu’à la période de soudure, lorsque les prix sont plus favorables. Pendant la durée du stockage, le stock sert de garantie jusqu’au remboursement, 5 à 8 mois plus tard.

Location vente mutualiste (LVM)

Elle permet au sociétaire d’acquérir du matériel de production ou un équipement en crédit-bail. Au terme d’une période de location durant laquelle il s’est acquitté d’un loyer, le bénéficiaire devient propriétaire du matériel. La durée ne dépasse pas 36 mois.

Crédit fonds de roulement (FRI-FRA)

Ce crédit est d’abord conçu pour les petits métiers, les commerçants, les artisans, les services, etc. A partir de l’étude rétrospective de leurs activités sur les deux années précédentes et d’une prévision à six mois, il finance les besoins en fonds de roulement de ces micro entrepreneurs individuels.
Pour les groupements de producteurs, ce crédit permet de financer la collecte des produits des membres, afin de les stocker jusqu’à la période à laquelle les prix sont plus favorables. Il finance aussi les stocks d’intrants (semences, engrais, …). Il peut être adapté aux besoins particuliers de divers types d’associations pour des activités génératrices de revenus.

Crédit avec éducation (CAE)

Inspiré du modèle FFH (Freedoom from hunger), le Crédit avec éducation a été mis en place afin de faciliter l’accès des couches vulnérables, notamment les femmes, aux services financiers. Les objets de crédit sont surtout des petites activités génératrices de revenus tels que gargotes, petits commerces, petits élevages, couture etc.
Le cycle du produit dure 4 mois, à l’issu duquel un nouveau cycle de crédit peut recommencer avec un montant plus élevé que le précédent (plus de 50%).

 

  DIAGNOSTIC_METHODO_OPER-IMF-MANDRARE de Charlot Razakaharivelo
Données de base ICAR CUMULE
Données de base ICAR
ETUDES STRATEGIQUES_MARKETING ET D'IMPACT
RAPPORT MISSION D'APPUI MISE EN PLACE IMF
METHODOLOGIE CONSTITUTION IFRA
web fr conditions d'épargne et de crédit.
web fr construction caisses, GCV.doc

 

© 2007. PHBM II accueil l Contact l rechercher l