Vous êtes ici: >
 
     
  Conception
  Gouvernance locale
  Organisation paysanne
  Santé communautaire
  Alphabétisation des adultes
  Communication rurale
  Aménagement des périmètres irrigués
  Stratégie d'appui au developpement agricole
  Développement de l'agriculture
  Développement de l'élevage
  Gestion des ressources naturelles
  Sécurisation foncière
  Micro finances
  Infrastructures sociales
  Aménagement des routes et pistes rurales
  Désengagment et pérenisation des acquis
  Résultats et impacts
  Mise en oeuvre, suivi et évaluation et clôture
 
Liste des contacts et coordonnées
Photos et affiches
Cartes
Sigles et abréviations

Désenclavement de la zone du projet

La conception initiale du projet a prévu une composante à par entière le désenclavement de la zone. L’objectif de la composante est de valoriser la production en contribuant à la réduction des coûts de transaction commerciale par le désenclavement de la zone et un meilleur accès aux marchés. Il s’agit d’améliorer les conditions de circulation dans la zone du projet et vers l’extérieur afin de :

  • faciliter et rendre plus concurrentiels, d’une part, l’évacuation des produits agricoles aux marchés puis vers les centres de consommation (qui sont les zones déficitaires du littoral Sud), et d’autre part, l’approvisionnement de la zone du projet en intrants, matériels et produits de base ;

  • et d’une manière générale, accroître les échanges notamment commerciaux in et hors zone.

De même, la réhabilitation des routes et pistes facilitera davantage l’accès de la population aux services et infrastructures sociales de base et contribuera à la réduction de l’insécurité rurale.

La priorité du désenclavement de la zone du projet est toujours axée sur la RIP107, reconnue comme voie principale de communication du haut bassin du Mandrare, issue d’ouverture vers la nationale 13 et les centres potentiels de consommation du littoral sud. Suivant une logique de progression descendante, les axes qui désenclavent les chefs lieux des communes de la zone d’extension ont par la suite été priorisés. Il convient de signaler que, les pistes d’évacuation des produits rentrent aussi dans l’ordre des priorités.

Afin de répondre à ces besoins d’investissement très coûteux, le projet a procédé d’une manière suivante :

  • La réalisation des études d’Avant Projet Détaillé ainsi que la passation des dossiers d’appel d’offres ont été faites soit en régie par l’équipe du département infrastructures rurales (IR) du projet soit confié à des cabinets et des consultants externes prestataires de services

  • Les travaux d’aménagement ont été confiés à des entreprises sous le contrôle du Département IR avec l’assistance du Laboratoire National des Travaux Publics et Bâtiments (LNTPB)

  • La mise en place par la cellule organisation paysanne et/ou par un Opérateur Technique Spécialisé des structures de gestion et d’entretien de piste dont les associations des usagers de piste (AUP)

  • La réception provisoire des travaux par une commission de réception

  • Les travaux d’entretien menés par l’entreprise durant la période de garantie

  • La réception définitive des travaux et prise en charge par l’AUP du maintien des barrières de pluie, de la gestion et de l’entretien courant de la piste ; et

  • La consolidation et formation de recyclage des AUP par la Cellule OP et/ou OTS.

Afin de pérenniser les infrastructures routières réhabilitées, un accent sera par ailleurs mis sur l'organisation et la responsabilisation des communautés rurales (associations d'usagers) et des instances administratives afin de couvrir leur entretien courant et de pouvoir atteindre les ressources disponibles, entre autre le celles du FER, pour leur entretien périodique.

Depuis la formulation du PHBM2, une convention de partenariat financé a été passée entre le PHBM et le programme PST financé par la banque mondiale dans le but de financer la réhabilitation d’une partie (100km) de la RIP 107 Amboasary Tsivory.

En terme de réalisation, le PHBM a réhabilité 51 km de pistes de desserte en travaux communautaires, 140 km de Route d’intérêt Provincial (RIP) en collaboration avec le Programme Sectoriel Transport (PST) et 79 km de Piste d’intérêt Communal (PIC) réhabilitées à l'entreprise. Le Projet a mis en place une Association d'Usagers de la RIP 107 et 8 Associations d’Usagers des pistes de desserte pour l’entretien avec l'aide d’une ONG spécialisée. Cet opérateur a dispensé une formation des membres, sous forme de chantiers écoles, sur le fonctionnement interne des bureaux, l'organisation des chantiers d’entretien courant, avec des appuis et des suivis ponctuels. Les AUP commencent à prendre en charge la gestion des pistes dans la mesure de leurs maigres moyens: mise en place de barrières de pluie, répartition de l'entretien par tronçons de pistes entre les Fokontany riverains, protection biologique des points critiques, interdiction des charrettes sans roue pneumatique, contribution des vélocyclistes,

Le désenclavement externe de la zone s’est fait en deux directions : en direction du sud vers la capitale régionale et en direction de l’ouest pour un accès à d’autres centres traditionnels d’échanges commerciaux (marchés à bétail) et une ouverture vers la route nationale 7 épine dorsale nord sud du Pays.

Le désenclavement de la zone du PHBM vers le sud s’est considérablement amélioré : la durée du trajet a été réduite de moitié. Seuls restent 20 km non traités et un radier détruit à 8 km de la route nationale 13 qui handicapent la circulation. Le débouché vers l’ouest s’est également amélioré ; il reste une vingtaine de km pour rejoindre la Route Nationale 13.

La réhabilitation des pistes communales et intercommunales a nettement amélioré le maillage de la zone et rendu plus fluide la circulation des hommes et des biens entre les communes. La jonction de tous les chefs lieux de communes par ces pistes aux RIP 107 et 117 a facilité l’évacuation des produits vers les débouchés extérieurs à la zone ainsi que les déplacements des populations hors de la zone.

L’évolution du désenclavement de la zone du projet est promettant et les partenariats techniques et financiers développés viennent de donner leurs fruits. Si auparavant les efforts menés depuis la 1ère phase du Projet n’a pu faire qu’un « désenclavement interne », depuis 2004 l’ensemble de la zone s’ouvre vers la route nationale 13 après la réhabilitation de la RIP107, d’Amboasary Sud à Vazahalava (80km) dans le cadre du PST et de Mahazoarivo à Tsivory (39km) de la même route aménagé par le PHBM II même. Le désenclavement de la zone du Projet est désormais effectif. Deux communes de plus, Ebelo et Marotsiraka, sont par ailleurs reliées à la RIP après l’aménagement de la piste intercommunale RIP117 – Ebelo achevé en 2003. Cinq autres les seront après l’aménagement des pistes intercommunales RIP107-Maromby-Esira et Antsarika-Tomboarivo et le traitement de points critiques de la RIP117 Amboasarikely-Imanombo entamés en 2004 et escompté pour être achevé cette année.

Par ailleurs, l’opportunité d’ouverture vers le nord à travers la possibilité de réhabilitation de la route Tsivory – Mahabo (68km) reliant la zone du Projet à la Sous Préfecture de Betroka revêt un intérêt régional capital.

L’effort de désenclavement du PHBM est remarquable malgré des moyens limités. Cet effort reste malgré tout compromis en raison de trois travaux qui restent en suspens : (i) les 20 km sur la RIP 107 ; (ii) le radier à 8 km de l’axe RN 13 qui rend la circulation impossible pendant 6 mois ; (iii) la vingtaine de km qui rend impossible la jonction de la zone à la RN 13 par l’ouest.

Le PHBM a accordé un fonds de 50,000 USD aux six communes bénéficiaires directs de la RIP 107 pour couvrir la part des bénéficiaires pour le projet d’aménagement des 20 km de la RIP 107. Il a assisté ces communes dans la formulation et la soumission de la requête correspondante de financement au Fonds d’Entretien Routier en vue de compléter le budget de la Direction Régionale des Travaux Publics.

La bonne volonté des AUP et des communes d’entretenir les pistes se heurte à leur capacité réelle. Les ressources susceptibles d’être mobilisées ne seront pas à la hauteur des besoins pour l’entretien des pistes. La solution viendrait probablement de la Région.

© 2007. PHBM II accueil l Contact l rechercher l